JOURNAL

Bienvenue sur ce nouveau site et merci de venir jeter un coup d’œil sur mes images et mes photos. J’espère que vous y prendrez du plaisir, c’est leur seul but.

Si vous venez pour la première fois, allez directement voir mes Galeries ou éventuellement ma Biographie . 

Si vous voulez être tenu au courant de l’évolution de ma galerie, n’hésitez pas à vous abonner.

Le 20 mars 2021, je me suis pris au jeu malgré les difficultés complètement aléatoires que rencontrent certains pour voir correctement ces expos et j’en ai fait une nouvelle, “EAUX

Le 16 mars 2021, j’ai réalisé une exposition virtuelle “Les Héros de la Tintaine”

Le 4 février 2021: , Je rajoute deux séries qui sont la conséquence du confinement. Il s’agit de deux thèmes qui m’étaient imposés, le premier était “Jeu de rôle”, le second “le bonheur”.

“Jeu de rôle, même pas drôle” est une vaste réflexion sur le confinement. Nous avons eu la chance (sic) d’être plongé de gré ou de force dans un jeu de rôle grandeur nature. Comment interpréter, comment réagir? Je me suis abreuvé auprès de plusieurs philosophes et écrivains que j’ai arrangés à la sauce Cornichon. Il y a une vue répressive, le confinement est une répétition générale de l’enfermement généralisé dont rêve le système, inspirée par Michel Foucault; une vision positive, le confinement est l’occasion de redécouvrir que le bonheur est fait de choses simples autour de nous, qui m’a été inspirée par Gaston Bachelard, qui dans ‘L’éloge de la poésie” cite une lettre de Rainer Maria Rilke évoquant le plaisir que l’on peut trouver à faire le ménage; et pour finir une pensée pour Stefan Zweig qui, dans “Le joueur d’échecs” laisse son héros s’adonner aux échecs pour oublier et survivre.

Une vision angoissante, une vision heureuse, je vous laisse choisir ou ne pas choisir.

La deuxième série, “Le bonheur est dans votre main” , est une partie de la précédente, le sujet étant “La joie est en tout, il faut savoir l’extraire”. Même enfermé entre quatre murs, il y a plein de choses à découvrir autour de soi, des petits plaisirs simples simples qu’on ne va pas chercher à l’autre bout du monde, des petits bonheurs qui font également penser à la première gorgée de bière de Philippe Delerm.

Aout 2020: “Réminaissance” , cette très belle série, vient de me permettre d’obtenir la deuxième place en Coupe de France Auteurs de la Fédération (le résultat est ). Il faut fournir une série de photos, il y a des niveaux différents avec des montées et descentes chaque année, comme au foot, la Coupe de France est le niveau le plus haut.

Le 31 mai 2020: J’ai profité du confinement pour refaire complètement mon site. Il est maintenant consultable également sur téléphone ou tablette, ce qui est plus pratique. J’ai revu complètement l’esthétique, j’ai rajouté mes photos de voyage et en plus il y a un espace réservé aux citations.

Le 1er mai 2020: En plein confinement, un nouveau travail réalisé au début de l’année 2020 dans deux EHPAD montpelliérains. Nous ne sommes d’ailleurs pas très loin de l’idée du confinement, en évoquant un évènement qui est une sorte d’isolement du reste du monde, l’entrée dans un EHPAD. Toutes les personnes qui vivent ce moment doivent passer d’un espace de vie (appartement, maison,…) d’une certaine dimension à une chambre de dimension beaucoup plus petite. J’ai fait l’hypothèse que les personnes concernées décidaient de faire un choix dans leur environnement, quels objets emporter pour garder des souvenirs de la vie d’avant. J’ai donc passé un moment avec ces personnes pour qu’elles me montrent ces objets témoins de leur vie passée, de façon à photographier leurs mains et ces objets, cela donne “Dis qu’emporteras tu, dis au moins le sais tu?” Ne soyez pas étonnés de voir au milieu de la série une main vide (ou presque); en effet, aussi étonnant que cela puisse paraître, un grand nombre de personnes n’ont rien emporté consciemment. Et j’espère que vous avez compris d’où vient le titre (écoutez avec la musique).

Le 8 janvier 2020: Une photo qui réapparait. Je l’ai créée lors d’un stage avec J.C. BECHET, pour moi un grand Monsieur de la photographie. C’est lors d’un travail collectif sur la mémoire qu’est revenue “Sous le Pont Mirabeau...”

Le 3 janvier 2020: Une série un peu complexe qui est pleine de philosophie, tout est contenu dans le titre “6XyiyaY9 ou la confusion des genres en niveaux de gris”.

Le 1er juillet 2019: J’ai rajouté des photos prises en Ouzbékistan, pour ceux qui pourraient être intéressés. Un mot sur l’Ouzbékistan. Si vous ne connaissez pas, regardez sur internet (par exemple ) ou sur un guide de voyage à quel point c’est un beau pays. Ne vous fiez pas à ma vision partiale que j’ai imagée dans “Mondialisation ouzbek” (je n’allais pas recopier les guides touristiques!). Les deux autres galeries:“Marchés d’Ouzbékistan” et “Personnages croisés  en Ouzbékistan”.

Le 10 juin 2019: J’ai modifié en profondeur la présentation de mes différentes galeries. Je présente séparément les joutes, un groupe de carnets de voyage déjantés (j’ai rajouté l’Indonésie et l’Ouzbékistan) et les autres séries que j’ai produites.

Qu’est-ce qu’un carnet de voyages déjanté? J’ai eu la chance de voyager dans certains endroits, parfois proches comme Palavas, parfois éloignés. Je les ai aimés et j’ai ramené des séries de photos qu’ils m’ont inspirées: ce ne sont pas des reportages, ce sont des vues partielles, parfois partiales, prenez les comme telles.

Le 5 février 2019: La suite d’un travail sur les vagues de la mer, “Les vagues continuent de danser”.

Le 26 janvier 2019: Ma grand-mère aurait eu 143 ans aujourd’hui! Bon anniversaire à elle, si elle a encore accès à internet. Et qu’est-ce qu’on offre à sa grand-mère pour son anniversaire? Des fleurs! Alors voilà une nouvelle série, “Fleur des Temps.

Le 06 octobre 2018: Une nouvelle série, “GRS”. Il y a trente ans que je rêvais de faire des photos de Gymnastique Rythmique, je l’ai enfin fait, peut-être n’est-ce qu’un début, tant j’ai été frappé par la grâce de ces athlètes. Je dédie ce travail à Dany, sans qui la GRS ne serait pas ce qu’elle est, pour tout le travail qu’elle a accompli.

Le 05 octobre 2018: La nouvelle mouture de “Réminaissance” vient de sortir. Série onirique qui évoque des souvenirs de vie avant la naissance et fait un clin d’oeil à ces petits chérubins peints dans des médaillons à la la Renaissance. Pour ceux qui n’ont pas compris, le titre est un jeu de mots basé sur réminiscence, naissance et Renaissance (ahrf!).

Le 13 juin 2018: six mois déjà, il commence à faire beau, alors allons jeter un coup d’œil (très personnel) sur Palavas “Dubout aussi aimait Palavas”.

Le 21 décembre 2017: Le dernier travail de l’année 2017, j’ai arrangé une petite série “Les vagues venaient danser sur la plage” qui va se substituer à “Les vagues de la mer sont des baisers”.

Le 28 octobre 2017 :Je viens de découvrir l’Aubrac, une pure merveille. Devant la beauté de la nature, je me suis remémoré un certain nombre de personnes que j’ai connues et qui m’ont marqué. J’en ai donc tiré une petite série autobiographique, comme diraient certains intellectuels, vous pourrez me voir grandir au travers de leurs regards (sic!). Cette série s’appelle Peaux de vache, mon œil…. Je ne cite pas les noms, car un certain nombre ne sont déjà plus de ce monde. Il s’agit en réalité d’une refonte complète de la série que j’avais réalisée au mois de juin et qui devient un hommage à la beauté de l’Aubrac.

Avez vous déjà eu l’occasion de voir un combat de coqs? Je pense que non, j’en ai donc fait une petite série, ici

Une nouvelle série à déguster en rêvant du soleil qui est en train de revenir: “Les vagues de la mer sont des baisers…”.

Comme il faut rattraper le temps, et comme Cuba est d’actualité, je vous propose une “Balade (ou ballade) cubaine”. Si vous voulez voir l’ensemble de mon carnet de voyage cubain, il faut aller .

Août 2017: J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon petit dernier.

   

Eh oui, après la série, le livre qui va sortir vers le 20 aout aux Editions Sansouire , 72 pages et plein de photos pour la modique somme de 24€. Réclamez le à vos libraires préférés, dites qu’il est formidable et que vous en avez entendu parler à la radio…

Il y avait longtemps que je voulais photographier des papillons, c’est fait, ils sont . Je dédie ce petit exercice à celle (plus méchante que bête?) qui m’en a a mis un alors que j’avais une autorisation de stationner bien visible sur le parebrise. 

En ce début octobre 2015, une nouvelle distinction pour Les Héros de la Tintaine, le Prix Betoux. Pour en savoir plus, c’est ici . Mais comme il ne faut jamais trop se prendre au sérieux, je rajoute une petite série sur une séance de “Tai Chi touristique” qui vaut surtout par sa chute.

Aujourd’hui, 18 juin 2015, une nouvelle série qui doit beaucoup à mes amis de TizKaf: “Je suis un cheval fou dans un grand magasin“, j’ai pensé à cette chanson de Jean Ferrat en prenant les photos.

Toujours pour s’amuser, après la série sur un vendeur de tapis, des “Potirons”

Avant j’avais rajouté deux séries. La première s’appelle “Fado à Lisbonne”, ballade mélancolique dans les rues de Lisbonne. La deuxième est en cours de travail, il s’agit de “Ballade de mon petit-fils”, une certaine façon de découvrir la ville, série dont j’ai eu l’idée il y a près de quarante ans et que j’ai ruminée au fil des ans. Je la dédie bien évidemment à mes enfants et petits-enfants qui me l’ont inspirée.

Une cerise sur le gâteau, cela ne remplace pas le gâteau, mais c’est quand même chouette, puisqu’on en parle. Alors la cerise pour moi, c’est cette médaille d’argent à la Coupe du Monde de Photo 2013, organisée par la Fédération Internationale. Si vous ne me croyez pas, je ne peux plus le prouver, les résultats ne sont plus disponibles sur internet. La photo, la voilà, je ne sais si elle mérite tant d’honneurs, mais…

De retour de Pierrevert (Festival des Nuits de Pierrevert), pendant lequel ma série “Les Héros de la Tintaine” a été projetée le samedi 27 juillet 2013 sur écran géant (11m x 6 m), devant environ 600 personnes et sur une musique de Verdi, c’était et c’est toujours une grande émotion. Le montage vidéo peut être vu ici .

Je viens de modifier la nouvelle galerie, “Les Fenêtres de Lisbonne”, photos prises le nez en l’air…  

Dés que j’aurai  le temps, je vous commenterai la citation de Jules Prévot, c’est promis (mais je n’aurai jamais le temps, mais si finalement, je l’ai fait, c’est ici).

Si vous voulez me contacter, cliquez ici.